Mouvement vers soi, jour 5 - Apprivoiser nos tensions

Pour cette 5e exploration, je vous propose de nous pencher d’un peu plus près sur nos tensions musculaires.

Avez-vous remarqué que – lorsque notre attention se porte sur notre corps – c’est souvent les douleurs et les tensions que l’on perçoit en premier? Pendant longtemps, j’ai imaginé mes tensions musculaires comme un ennemi à combattre : j’ai passé des heures à méditer et à pratiquer des exercices de relaxation pour chasser les tensions et les remplacer par de la détente…. sans grand succès!

Dans l’exercice d’aujourd’hui, je vous propose de considérer nos tensions comme un messager plutôt que comme un ennemi. Notre corps nous parle : mieux nous savons l’entendre, moins il a besoin de crier fort.

Tout d’abord, une petite clarification : pour simplifier mon discours, j’utilise le mot tension pour désigner la tension musculaire superflue. Il est important de noter que sans aucune tension musculaire, nous ne serions qu’une tas d’os sans forme et incapable de bouger. L’équilibre des tensions dans notre corps lui donne sa forme et nous permet de tenir debout. L’objectif de nous débarrasser de toutes nos tensions n’a donc pas de sens à proprement parler. Nous pouvons par contre les ré-équilibrer; que ce soit pour faciliter notre mouvement, gagner en amplitude ou soulager des douleurs.

Pour débuter, observons nos épaules : nous allons nous intéresser à une partie du trapèze qui s’attache le long de la nuque couvre l’omoplate et finit au dessus de la clavicule. Commençons par le brosser du plat de la main.

Puis, en posant la main dessus, mettons doucement notre omoplate en mouvement. Tout d’abord, on va la lever et l’abaisser. Faites attention à l’abaisser lentement et de manière contrôlée plutôt que de la laisser tomber. En pratiquant ce mouvement tranquillement, vous permettez au muscle de s’allonger (quand l’épaule descend) et de se raccourcir (quand elle remonte) sans se tendre inutilement. Vous remarquerez peut-être que le muscle est plus épais quand votre épaule est levée et s’affine à mesure que le muscle s’allonge. Placez votre attention dans le muscle et laisser le mouvement se faire sans le forcer.

Si vous rencontrez une tension ou une douleur, ralentissez et réduisez l’amplitude du mouvement. Imaginez que la tension est l’expression d’un mouvement que votre corps veut faire mais qui a été stoppé pour une raison ou une autre. Voyez si votre attention et votre imagination peuvent permettre à ce mouvement de se faire. Imaginez par exemple un courant d’eau (ou d’énergie) à l’intérieur du muscle dans la direction de ce mouvement.

Répétez le même exercice en faisant des cercles avec votre épaule, dans un sens puis dans l’autre.

Après cet exercice, prenez contact avec votre corps dans son entier et comparez le côté qui a travaillé avec l’autre côté. Répétez ensuite l’exercice de l’autre côté.

Je vous donne rendez-vous dans les commentaires ou demain pour un nouvel exercice !